/>

Pouvoir d’achat des kinés libéraux : le compte n’y est pas !

L’Assurance Maladie a annoncé une aide exceptionnelle et transitoire à destination de tous les professionnels de santé, dont les kinés libéraux. Pourtant, ces derniers estiment que la réponse apportée par la CNAM n’est pas à la hauteur des attentes de la profession.

Les kinés à domicile, une tendance appelée à se renforcer ?

Comme tous les professionnels de santé, les masseurs kinésithérapeutes ont fait connaître leur vision de l’avenir de l’organisation de la santé à l’occasion de la campagne présidentielle, qui s’est achevée ce 24 avril par la réélection du président de la République sortant, M Emmanuel Macron. Les kinés libéraux et hospitaliers ont ainsi pu exprimer les nouveaux défis, que devrait relever la profession dans les années à venir notamment en ce qui concerne l’accompagnement des ambitions publiques. Ainsi, lorsque l’avenir de notre système de santé passe notamment par l’accompagnement des Françaises et des Français à se maintenir à leur domicile lorsqu’ils vieillissent, les professionnels libéraux de santé sont appelés à se mobiliser pour pouvoir participer à cet élan. On pense bien évidemment aux visites des kinés libéraux directement au domicile de ces patients âgés mais aussi à l’engagement de la profession dans un renforcement de ses efforts en matière de prévention de la perte d’autonomie.

Toutes ces questions sur l’avenir même de la profession de kiné libéral ou de masseur kinésithérapeute hospitalier ont fait émerger des problématiques plus concrètes et des revendications plus urgentes à satisfaire. La question de l’augmentation galopante des prix du carburant faisait partie de ces interrogations, partagées par bien d’autres soignants. Et l‘Assurance Maladie a entendu en partie ces revendications en publiant, le 25 avril, un communiqué de presse.

Une aide pour les kinés libéraux et les autres professionnels libéraux de santé

En effet, les syndicats représentatifs de la profession revendiquent, depuis plusieurs semaines déjà, une compensation à cette inflation galopante. Certes, le prix des carburants a cristallisé les débats en la matière, mais l’inflation (+25 %) du papier et des draps d’examen notamment, la hausse des prix de l’électricité, … sont autant de facteurs à prendre en compte en ce qui concerne le revenu des kinés libéraux. Les kinés libéraux s’étaient donc joints aux infirmières et aux médecins, en réclamant une aide significative de l’Etat pour permettre aux soignants de pouvoir continuer à se déplacer chez les patients « sans se poser de question sur la viabilité économique de ces soins ».

C’est donc au lendemain des résultats de l’élection présidentielle, que l’Assurance Maladie a annoncé l’application immédiate d’une aide exceptionnelle mais aussi temporaire pour tous les professionnels de santé. Les kinés libéraux et les autres soignants bénéficieront donc d’une aide de 15 centimes par litre de carburant, applicable dès aujourd’hui et jusqu’au 31 juillet prochain. L’Assurance Maladie se félicite ainsi de cette réponse apportée aux demandes des professionnels libéraux de santé.

Au total, avec l’aide du gouvernement et la mesure exceptionnelle de l’Assurance Maladie, les professionnels de santé bénéficieront d’une aide d’au moins 0,30€ par litre

Une aide exceptionnelle et transitoire qui ne répond pas à toutes les attentes

Si toutes les organisations représentatives des différentes professions concernées saluent cette avancée, elles dénoncent aussi l’insuffisance de celle-ci au vu de la hauteur des demandes, et soulignent le caractère transitoire, alors qu’une solution pérenne doit rester la priorité des autorités publiques. C’est d’autant plus vrai pour les kinés libéraux, que la profession est engagée depuis plusieurs semaines dans ces négociations conventionnelles avec l’Assurance Maladie (le 4ème round de négociation a eu lieu le 13 avril dernier). Le pouvoir d’achat des kinés libéraux est au cœur de ces négociations, qui sont actuellement dans l’impasse puisque les syndicats ont quitté la table.  Ainsi la FFMKR dénonçait la faiblesse des moyens octroyés par l’Assurance Maladie en ce qui concerne les prises en charge à domicile des kinés libéraux (enveloppe de 50 millions d’euros) avec la création d’un forfait incitatif. Le 24 mars dernier, la FFMKR s’emportait :

Cette aide incitative est déjà consommée d’avance avec la seule augmentation des prix à la pompe de ces 3 dernières semaines.

On comprend mieux, que cette aide exceptionnelle annoncée par la CPAM n’est pas de nature à apaiser toutes les tensions existantes, et pourtant des solutions devront être rapidement trouvées.

Et vous, que pensez-vous de cette aide exceptionnelle décidée par la CPAM ? Quelles devraient être selon vous les principales mesures pour répondre à cette question du pouvoir d’achat des kinés libéraux ?

3 commentaires sur « Pouvoir d’achat des kinés libéraux : le compte n’y est pas ! »

  1. A l’image des chèques divers à la population, la paupérisation de la profession est » En « Marche »! Des revalorisations de toutes les lettres clés est un dû. Si le gouvernement stoppait toutes les exonérations de charges , il y aurait de quoi honorer les professionnels de santé . Ce monde est fou !

  2. Bonjour Frederic, Vous ne pouvez en effet pas deduire d amortissements (une fraction du prix d achat du vehicule tous les ans) ou de loyers si vous etes au bareme kilometrique. En effet, ce bareme prend deja en compte les eventuelles amortissements et autres frais du vehicule. Pour pouvoir deduire, il faut en effet integrer le vehicule dans le patrimoine professionnel et passer en frais reels. Concretement, il faut inscrire le vehicule dans le registre des immobilisations sur la declaration 2035. Une limite est imposee pour les vehicules de tourisme, et donc effectivement, vous ne pouvez pas deduire une Porsche Cayenne (c est d ailleurs pour eviter ce type de derive que cette limite a ete decidee). Vous pourrez deduire au maximum 30 000 € pour un vehicule tres peu polluant, souvent hybride ou electrique. Concernant une LLD, il n y a pas d amortissement car vous n etes pas proprietaire du vehicule. Le loyer pourra etre deduit en charge entierement.

  3. Il n’y a surtout pas eu de revalorisation des actes de kinésithérapie depuis plus de 10 ans (à l’époque, moins d’un euros par actes…). Le tarifs des séances est en moyenne autour de 18 euros, ce qui est très faible au regard du coup de l’immobilier (local professionnel des cabinet de plus en plus cher, sachant le besoin de surface que nous avons besoin pour proposer des salle de rééducation équipée…), sans compter le prix du matériel médical/paramédical assez lourd (tables de massages, Vélo, rameur, US, laser, pressothérapie, cryothérapie, appareil pour le renforcement/la proprioception/la gestuelle etc), le prix des énergies…
    Bref, effectivement le compte n’y est pas et la revalorisation des actes de façon réellement significative est plus qu’urgente!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Vous aimez nos articles ?

Une fois par mois, retrouvez le meilleur du blog LesNouveauxKines.fr

Vous avez bien été abonné à la newsletter

Il y a eu une erreur en essayant d’envoyer votre demande. Veuillez essayer à nouveau.

Les Nouveaux Kinés will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.