/>

Masseurs kinésithérapeutes et numerus clausus, est-ce encore utile ?

Si le numerus clausus est toujours appliqué en France dans le cursus des masseurs kinésithérapeutes, son utilité est cependant remise en cause. De nombreux étudiants contournent cette sélection chiffrée en partant étudier à l’étranger.

Le Numerus Clausus des masseurs kinésithérapeutes, une invitation à partir étudier à l’étranger ?

Comme toutes les professions paramédicales, celle de masseur kinésithérapeute est soumise à ce fameux numerus clausus, que les autorités sanitaires réévaluent chaque année en fonction des besoins et des perspectives. Depuis plusieurs années, ce numerus clausus pour les masseurs kinésithérapeutes progressent et pour la rentrée 2017, les Instituts de formation en masso-kinésithérapie (IFMK) accueilleront, pour la première fois, plus de 2700 candidats avec 63 places supplémentaires. Cette croissance constante du nombre d’étudiants admis à devenir masseur-kinésithérapeute répond notamment à la forte demande de masseurs-kinésithérapeutes hospitaliers. Dans la réalité, la très grande majorité des étudiants préféreront opter pour la voie libérale, même si l’hôpital multiplie les efforts pour se montrer plus attrayant, comme nous avons pu le voir récemment.

Il n’est donc pas certain, que cette réévaluation du numerus clausus des kinés assure de faire face aux attentes des établissements hospitaliers. Cela se traduira alors, dans les années à venir, par une hausse prévisible encore du nombre d’étudiants. Mais indépendamment du numerus clausus, les candidats à la profession de masseur kinésithérapeute sont aussi en progression constante. Chaque année, de nombreux étudiants sont donc écartés de la formation, et certains redoublent alors d’efforts pour suivre leur projet de vie, quitte à devoir partir à l’étranger.

Quand les masseurs kinésithérapeutes se forment à l’étranger

Des candidats au métier de masseur kinésithérapeute décident en effet de partir poursuivre leur cursus à l’étranger, afin de revenir en France, avec leur précieux diplôme en poche.  Les destinations les plus prisées par les futurs kinés français demeurent, depuis quelques années, l’Espagne et l’Allemagne. Si le sujet reste tabou, certains acceptent de témoigner, comme l’ont fait, en 2016, plusieurs étudiantes devant les journalistes du Figaro.  Delphine se souvient ainsi de ses 19 ans, année durant laquelle elle partit s’installer à Madrid : « L’adaptation en première année a été dure avec l’éloignement de ma famille et les cours en espagnol… Je n’avais vraiment pas le niveau, mais je ne regrette rien. Les professeurs et les étudiants nous soutenaient. Il n’y avait plus la compétition de la PACES et des concours ».

Certes, que ce soit en Allemagne ou en Espagne, les candidats et candidates doivent se plier à certaines formalités, qui restent réduites, il faut bien l’avouer. Outre-Rhin, l’inscription sera uniquement conditionnée à la maitrise et à la compréhension de la langue de Goethe. On comprend donc que celles et ceux, qui ne connaissent pas le succès au concours et à la première année commune aux études de Santé (PACES) se tourne alors vers les autres pays européens.

Des masseurs kinésithérapeutes français de plus en plus européen …

Le phénomène est loin d’être anecdotique à en croire les études de l’Ordre des masseurs kinésithérapeutes. Entre 2012 et 2016, 62 % des professionnels nouvellement inscrits à l’ordre sont titulaires d’un diplôme français. Et parmi les 38 % restants, 22 % sont des étudiants et étudiantes français, ayant obtenu leur diplôme hors des frontières. L’instauration de quotas en Belgique a certes réduit le nombre de diplômés français (de 957 en 2010 à 537 en 2015) mais elle n’a que déplacé les lieux d’études. Dans le même temps, l’Espagne a vu le nombre de diplômés français de masseurs kinésithérapeutes passer de 377 à 565. En Allemagne, la qualité reconnue des formations diplômantes explique en grande partie l’arrivée de plus en plus massive d’étudiants français, attirés par ce système qui ne connait pas le numerus clausus et supprime donc cette notion de sélection, si présente dans le système français.

La libre circulation, posée comme une règle intangible dans l’Union Européenne, facilite aussi ces études étrangères. Mais si plus d’un tiers des nouveaux masseurs kinésithérapeutes en France ne sont plus titulaires d’un diplôme français, on comprend que la question de l’utilité d’un numérus clausus se pose avec encore plus d’importance. A quoi bon vouloir continuer à réguler le nombre d’étudiants masseurs kinésithérapeutes en France, si c’est pour accroitre les effectifs des instituts de formation européens ?

Et vous, où avez-vous obtenu votre diplôme de masseur kinésithérapeute ? Comprenez-vous encore le numerus clausus tel qu’il existe en France aujourd’hui ?

101 commentaires sur « Masseurs kinésithérapeutes et numerus clausus, est-ce encore utile ? »

  1. La mort d une profession moribonde

  2. Le diplôme espagnol est complet. Il vaut le diplôme français. Les espagnols sont plus ouvert sur l’ ostéopathie , l’acupuncture….

  3. Jérôme Adib Fabien Moussay

  4. On en parlait hier avec Jérôme justement…

  5. la réponse est déjà en partie dans la question , pourquoi est ce qu on s imagine tout le temps que les meilleures formations sont en France ?

  6. Florian Message
    Christopher Potart
    Romain Souchon
    Camille Capdupuy

  7. J’ai un ami qui est parti à Montréal Canada ostéopathe…

  8. Pas si sure j ai eu quelques étudiantes faisant leur cursus en espagne et il est loin d etre complet au contraire …

  9. Niveau européen plus élevé que en France,universitaires dans un milieu beaucoup plus compétitif

  10. après c’est comme partout , il n’y a pas que des lumières, en france c’est pareil

  11. Diplôme belge très bien, voire mieux qu’en France.

  12. Je suis tres fière de diplôme espagnol. Là bas on y apprend déjà kinesiotape, crochetage, dry needling, therapie manuelle ++
    sans parler de la vie et du climat là bas 😉 rien à regretter superbe expérience

  13. Vandendriessche Wilfried
    :)))))
    Lol/ mdr
    je ne sais pas si c’est mieux ou pas. mais au moins je travaille au Royaume-Uni et bientôt je vais commencer le doctorat. dans quelle université avez-vous étudié?

  14. Diplôme argentin UBA: 5 ans d’étude

  15. Le problème n’est pas la qualité des études mais ce qu’on en fait! En Belgique, limitation a 20 prestations par jour donc forcément le patient sera mieux pris en charge qu’un Kiné qui en fait 40 sur une journée! Et de toute manière la qualité des soins d’un Kiné s’affirme avec l’expérience et les formations.

  16. Une chose est sûre , c’est que la France fait tout pour ne pas garder ses étudiants en France. Les étudiants français vont se former à l’étranger et reviennent en France, sans que c’ait coûté à l’état français et aprés on les taxe lors de leur installation. Pourquoi changer le système? Ces étudiants ont au moins le mérite de partir, ce qui n’est pas toujours facile à faire lorsque ‘on a 19 ans. Notre fils ne regrette pas d’être parti en Espagne, quelle belle expérience!!!

  17. Aucun soucis de niveau le problème à moyen terme c’est le nombre de professionnels qui va être trop important d’ici peu …

  18. Il semblerait que les derniers chiffres soient plutôt de l’ordre de 50%…

  19. En France le métier de Kinésithérapeute va disparaître et devenir Physiothérapeute, les patients seront sur des machines à 4 dans une même salle. Ce métier se referme sur lui même à cause de l’Orde de Kinés et de la formation inculquée.

  20. Le diplôme espagnol mieux qu en France ???… ça permet juste à des personnes ayant loupés le concours français de finir kiné par un autre moyen c’est juste scandaleux et on nivelle encore tout par le bas…il est grand temps que cela
    Cesse

  21. Il est là le neveu ! ? Kinfus en force !

  22. Quelle ouverture d’esprit !!!!

  23. T’as bien raison en plus ! Franchement le système de note en Belgique ne pardonne pas.12 de moyenne générale, minimum 10 à chaque UE…

  24. Ce n est pas un problème d ouverture d esprit c est juste la réalité… pour avoir été étudiant au contact de titulaire du diplôme espagnol j vous certifie que le niveau est bien plus bas

  25. Jai été formé en Espagne jai effectué la plus part de mes stages en France, aujourdhui je suis bilingue et Kiné je me forme chaque année en France , je ne me sens pas plus nul que mes confrères je pense meme être une bonne Kiné à l’écoute de ses patients… j’ai rencontré des kines nul diplômés en France et idem diplômes d’Espagne de belgique et de partout .. et donc? On devrait plutôt tous travailler ensemble danq le meme but plutôt que de chercher qui est le mieux formé???! Non?

  26. Sorti d’une école Belge, avec des stages dans tous les domaines de la kiné, un mémoire plus important. Oui il y a un tirage au sort qui ne met en jeu que la chance… Mais quand on est pris, on doit batailler chaque année pour valider. Il y a aussi l’argument financier… Mes études m’ont coûté moins cher à l’étranger que dans mon pays, logement compris. Est ce que c’est pas ça déjà le fond du pb ?

  27. En France on a un système de sélection par la méritocratie en première année de médecine où pour réussir il faut bosser peu importe qu’on soit surdoué ou non même si les surdoués qui bossent devraient logiquement y arriver plus facilement, à l’étranger c’est la sélection au fric, c’est ça la première et principale différence, d’un côté certain on le mérite de se battre à arme égale alors que de l’autre la notion de mérite n’existe pas. Ce qu’il faudrait c’est limiter fortement les équivalence et les inscriptions des diplômes étrangers en France (et ce pour n’importe quelle filière médicale et paramédicales) et augmenter fortement le numerus clausus mais ça c’est utopique car il faudrait augmenter le nombre d’ifmk (pour les kinés, et le nombre d’universités pour les professions médicales) ou leur capacité d’accueil des étudiants ce qui n’est pas vraiment possible pour cette 2ème option puisque au moins une partie des ifmk français ne peut pas accepter plus d’étudiants pour des raisons de places et de normes de sécurité

  28. Ben ça dépend où tu fais tes études en France: soit dans un établissement public où la formation va te coûter juste les frais d’inscriptions universitaires (pas plus qu’une fac de médecine donc pas gd chose et si t’es boursier la bourse compensera) mais il y a très peu d’ifmk public, sinon soit un ifmk qui est une association à but non lucratif (ex à Marseille c’est 4000 euros), soit un ifmk qui est une association à but lucratif et là ça peut monter très haut paraît il plus de 8000 euros voir 11000 pour certaines enfin je suis pas sur pr ce dernier chiffre mais c’est vrai que les associations à but lucratif ça pose problème dans le monde de l’enseignement surtout que ces écoles délivrent un diplôme d’état

  29. Marion Lehut , je suis tout à fait d’accord avec vous.C’est une question de bien faire et d’être passionné par son métier. Il vaut mieux un kiné passionné formé à l’étranger qu’un kiné formé en France. Je m’en foutiste! Et on en rencontre…L’essentiel est de se sentir bien dans son métier et avec ses patients.

  30. Ben A L inverse on a des ETRANGERS qui viennent en France Pour faire des études kine

  31. J’ai bossé avec des Espagnols et Français ayant un diplôme espagnol… beaucoup de lacunes et aucune formation en kiné respi. Nécessité de les former même en cuir ortho car ne sachant pas prendre en charge prothèses et fractures opérées. Alors oui plus ouverts sur l’osteopathie mais est-ce bien utile quand on ne connaît pas les bases ?

  32. Cela dépend des écoles?

  33. Manoël Chelpi , pour ce qui est du financement que ce soit espagnol ou français , les écoles sont trés chères ( hors CHU)

  34. Le niveau de formation est bien meilleur à l’étranger!

  35. Julie Thomas j’ai fais une école espagnole et je peux te dire que lors de mes stages en pneumo c’est moi qui apprenait des choses à des kiné titulaires lors d’un stage en France. Je pense qu’il faut arrêter là les généralisations car chaque formation kiné est différente en fonction de l’école que se soit en France ou ailleurs …

  36. disons que la France rattrape son retard doucement… mais toujours un plus à la Belgique et à l’Allemagne où on sort de l’école avec des formations post-graduats.

  37. Je pense qu’il faut simplement réformer cette première année de médecine car on passe à côté de gens compétents. Elle est tellement difficile

  38. Désinformation totale … on est en manque de kiné partout , libéraux comme hospitaliers !
    Le nombre de patients qui sort de l’hôpital et ne trouve pas de kiné pour des soins à domicile est alarmant.

  39. Nathalie Harant le jour ou les soins à domiciles seront correctement rémunérés vous verrez les kinésithérapeutes de nouveau prendre en charge les patients. Et regardez les statistiques vous verrez que notre nombre de professionnels augmente assez fortement depuis 5 ans

  40. Et de même pour les kinésithérapeutes hospitaliers salaire trop bas donc les kines font autre chose.

  41. En respi c’est pas ca quand même…

  42. Il faut se poser les bonnes questions on ne nivelle pas par le bas si on est formé dans un pays Européen c’est de la mauvaise fois!!!!

  43. Tout à fait d’accord avec ton propos, on peut être bon en médecine et pourtant échouer car notre voisin a été meilleur que nous (de 1 point voire moins!)
    Au moins les pays étrangers sont là pour nous accueillir et nous donner une chance de plus de suivre notre vocation 🙂

  44. Comprenez quand même que nous sommes en colère. On donne tout pendant un voire deux ans pour passer le concours dans notre région (en l occurence pour mon cas PACA) et nous sort « la région est surdotée on va peut être devoir limiter les installations  » mais notre région n’est pas surdotée de kines locaux mais envahie par des kines formés ailleurs…
    Ce n’est pas le niveau le problème, les autres pays européens forment bien les kines, mais je trouve que c’est pas normal qu’après en revenant vous ayez les mêmes facilités d installation.
    Ça crée un système a deux vitesses.
    Le plus scandaleux ce sont les écoles portugaises qui dispensent des cours en France.
    Les étudiants N’ont même plus à faire le sacrifice de s éloigner de leur famille, apprendre une nouvelle langue etc. ..aucun mérite.
    J’aimerais que l UE instaure comme au Canada des quotas en fonctions des besoins pour réguler tout ça un minimum. ..

  45. Les écoles en Espagne font leur sélection sur le cursus scolaire 1ere terminale et bac les prix des écoles est le même voir moins cher que certaines comme a paris par exemple. En Espagne cela fait bien longtemps que le diplomate est européenne 4 ans et les stages de font en France. Ma fille à suivi ses études a gerone et partout ou elle a fait ses stages elle a eu que de bon retour sont dernier lieu de stage est même devenu sont futur employeur. Que dire de plus quand le système est nul il manque des médecins des kinés et des infirmiers et qu’ on se cantonne a nos numerus clausus nos jeunes partent à l etranger c est un signe d ouverture d esprit

  46. Guylaine Espiritusanto un grand Merci , ça fait du bien d’entendre cela. J’avais l’impression que l’on était des extra terrestres. Mon fils est actuellement en quatrième année de fisio à Valencia et est en stage à l’hôpital en France en ce moment pour faire 1200heures pour valider son diplôme.

  47. Ne vous faites aucun soucis Laurence Cochereau nos jeunes diplômés sont accueillis les bras ouverts bonne formation quoique certains jalous puissent pretendre

  48. Nos enfants ont le mérite de partir loin de chez eux pour faire ce qu’ ils souhaitent , c est une vocation et bonus ils seront bilingue voir trilingue ! !!

  49. Séverine Martin Oui, notre revient trilingue car les cours sont dispensés en espagnol et anglais. Et il a rencontré des camarades de tous les pays du monde, c’est une belle expérience humaine et culturelle en plus d’être passionné par ses études de fisio.

  50. Il faut limiter les diplômes étrangers et augmenter le numerosus clausus sinon dans qlq années tout le monde travaillera moins tout simplement.
    Refuser un jeun qui fini 102 eme pour après prendre un diplôme étranger n’a pas de sens,et c’est injuste

  51. Tout à fait vrai hélas ,sans parler des suicides . . .

  52. Le coq ? devrait arrêter de chanter ?… Il y a qqs années les kiné français ne passaient pas par la PACES et n’était pas plus nul ou meilleurs que les jeunes diplômés actuellement…posons nous juste les bonnes questions en France… Bravo aux jeunes qui affrontent la PACES au risque d’en être détruit et félicitations aux jeunes qui osent partir à l’étranger pour s’épanouir dans leur formation… Ma fille est en première et souhaite devenir kiné. Elle hésite entre la formation française ou étrangère.

  53. Adrien Nvl et vu que tu es dans la médecine maintenant je te demande ton avis Allan Gravier

  54. Lire que la selection se fait au fric dans les cursus à l’étranger… mais rensiegnez vous ! Ce n’est pas la suisse (et ses frais d’inscription exorbitants) partout hein ! Je fais mes etudes en belgique et mes parents qui me financent mes études n’ont pas eu besoin de faire un emprunt (cf LA PLUPART des ecoles en FRANCE)
    L’espagne a la réputation d’avoir une formation moins complete, il faut voir, en tout cas je peux vousdire qu’en Belgique on est aussi bien (SINON MIEUX, les kinés français dans mon entourage argumentent tous dans ce sens) formés qu’en France. Pour avoir eu des amis ayant suivi le cursus français, je peux vous le dire. Le problème du français, c’est de croire qu’il a la science infuse, sortir des frontieres fait le plus grand bien.
    Alors lire qu’on nivelle par le bas, ça me fait doucement rigoler. 😉

  55. De plus, j’ai vraiment envie de vous dire HEUREUSEMENT que les kinés formés a l’étranger reviennent travailler en france. D’une part quand on voit les horaires des praticiens, souvent dans l’obigation de refuser des patients parce qu’ils ont trop de travail, et d’autre part quand on sait (comme cité précédemment) qu’ils ont couté peanuts à l’Etat, mais qui payent leurs impots comme tout le monde 😉
    Ou est le mal ?

  56. La kiné ? prete a mourire ?

  57. ( Camille Platet )

  58. Théo Trd Merci de nous conforter dans le choix des études à l’étranger.

  59. Une chose est sûre , c’est que la France fait tout pour ne pas garder ses étudiants en France. Les étudiants français vont se former à l’étranger et reviennent en France, sans que cela ait coûté à l’état français et aprés on les taxe lors de leur installation. Pourquoi changer le système? Ces étudiants ont au moins le mérite de partir, ce qui n’est pas toujours facile à faire lorsque ‘on a 19 ans. Notre fils ne regrette pas d’être parti en Espagne, quelle belle expérience!!!

  60. Retraite spirituelle et questionnement social à Cap-Breton ?

  61. Je ne sais pas vraiment d’où vous sortez vos informations, mais en Espagne on a pas de concours, certes, mais on n’a pas de place en école de kiné (université) si notre moyenne du lycée + bac n’est pas supérieur à 15/20 ou 17/20 en fonction des régions… Donc même si à 18 ans on décide « je veux faire kiné,et je vais tout faire pour y arriver » si on n’a pas été bon pendant les 3 années précédentes, rien à faire… Moi je vois ça comme une sélection assez dure, voyons…
    Vous en France, vous pouvez être un étudiant merdique toute votre vie, et à 18 ans allez, on se motive, on prépare le concours et on peut y arriver. Un étudiant espagnol qui a une moyenne de 10 dans les 3 années de lycée, il peut bien essayer d’avoir un 20/20 sur l’examen du bac, que la moyenne finale restera à 15, et avec une moyenne de 15, difficile de trouver une université espagnole qui t’accepte…
    C’est vrai que dans les écoles les plus chères, vu qu’il y a moins de demande, la moyenne nécessaire pour y accéder est plus basse, mais pas plus basse que 15/20 quand même…
    Tout ça, pour les Espagnols, parce que un francais qui vient faire ses études de kiné en Espagne, vu qu’il y a quelques places réservées pour les étrangers, ils peuvent y accéder avec une moyenne de 10 sans problème…

    J’en ai marre déjà d’entendre que nous les espagnols on a notre diplôme bcp plus facilement que vous…

    Et pour le niveau, ça par contre dépend énormement de l’Université d’obtention du diplôme. J’avoue que dans certaines universités espagnoles la formation de kiné n’a pas le niveau, mais la majorité oui…

  62. en Espagne il y a 2 modèle universite… la public est comme en France il faut concur y merite … la privé il faut juste avoir de l’argent… c’est domage

  63. Céline Meyer tu es loin d’être la seule ?

  64. Entre ceux qui savent pas de quoi ils parlent et ceux qui inventent …. il faut peut être que la France se mettent au niveau des autres pays européens à un moment donné … les perqonnes qui vont à l’etranger Apprennent tout autant voir plus ceci est une réalité, mais en plus ils ont la difficulté de la langue donc niveau facilité on repasser (exemple l’allemand), Les personnes qui vont à l’etranger Ne sont pas que des personnes qui ont ratés leur première année de médecine non pas du tout certains veulent tout simplement allé à l’ettanger, d’autres reprennent le études après des années de travail et n’ont pas les moyens d’etre Sans le sous pendant 5 ans …. beaucoup plus diverses que certains ont envie de le penser (#unpeudejalousie dans le fond)

    On devient tous collègues de travail on a pas à se monter les uns contre les autres il manque de Kine auj en France … et vu l’inactivite Ambiante des nouvelles générations on va pas manquer de travail merci les nouvelles technologies

    Bref ensemble on devrait lutter pour les droits des kines pas se barrent entre Kine … à bon entendeur

  65. hahaha en France on a un système d’éducation bien en retard et faible par rapport à nos voisins européens que ce soit en études sup au lycée au collège ou en école primaire (va donc voir la Finlande entre autre) Quant à la sélection au fric voici le commentaire d’une personne mal informée et bien sûre d’elle! Merci de se renseigner et de comparer vraiment. « La notion de mérite n’existe pas » on aura vraiment tout vu pcq quitter son pays, apprendre une autre langue, avoir un diplôme européen et un Bachelor ( ce qui n’est soit dit en passant pas possible en France) ce n’est pas méritant hahaha je ris !
    Si les gens vont étudier en dehors de la France c’est pcq la France fait fuir, c’est à elle de se remettre en question au niveau de son système et pas en soit disant limitant les équivalences surtout qu’en Allemagne la formation est bien mieux
    Un kiné français ne peut pas optenir l’équivalence allemande tandis qu’avec un diplôme allemand on va partout! Cest qu’il y a un problème non? La France fait fuir et le diplôme n’est même pas au niveau. Que ça soit en kiné, en véto etc
    Bref avant de parler mieux vaut se renseigner

  66. Et ce n’est que la partie émergé de l’iceberg!!!

  67. Je suis complètement de ton avis. Car la sécu en France ne motive pas à (bien)travailler. A l’inverse à l’étranger il n’y a pas SS qui paye. C’est le patient qui paye de sa poche. Donc en France c’est la sécu notre patron pas le patient

  68. Il est supérieur en Belgique en tt cas

  69. Je ne vois pas trop sur quoi vous basez une telle affirmation. Côté besoin, en tous cas, on est loin de la fin…

  70. Dorian Busi lis les commentaires, j’ai mal à mon métier

  71. Typiquement le genre de personne qui n’a pas fait de Paces ou alors qui n’a pas eu grande difficulté à la passer… La mémoire de l’endurance et pas de manque de concentration, voilà ce qu’il faut pour réussir en Paces. Et évidemment de la motivation, mais ce facteur ne dépend non plus des capacités de la personne, mais bien de sa volonté personne
    Alors la « méritocratie » de la belle France, cessez donc d’avoir cette socialo-débilité qui nourrit juste votre satisfaction d’avoir quelque chose de « juste » en France alors qu’il y a tellement d’autre chose.
    Demandez à n’importe quel étudiant en Paces, même ceux qui réussissent, si ils sont un minimum honnêtes, ils seront tous d’accord pour dire que le système est n’importe quoi. Toute façon, il n’y a qu’à voir la gueule de nos médecins… En France on est le seul pays où un « bon médecin » c’est un médecin gentil et sociable tellement ces aspects sont négligés durant leurs études.

  72. J’ai eu des kinés formés en Allemagne et en Belgique leurs compétances étaient nettement supérieures à celles des kinés formés ici. Ils font des senaces plus longues et travaillent en manuel au lieu de laisser les gens comme des idiots seuls branchés. A des machines ….

  73. En Belgique la respi c’est pas ca ? ??? former par Guy postiaux en personne non cest sûr doit y avoir des lacunes ????

  74. Aucune question beaucoup plus mieux formés en espagne qu’en france

  75. Ça ne veut rien dire on peut prendre 20 patients et ne rien branler et en prendre 40 de 7h à 20h et le faire correctement … ce sont des conclusions rapides, pour ce qui est de la Belgique depuis la réforme la moyenne est passée à 10 comme en France avec des formations très théoriques à l’unif, avec des futurs kines qui ne savent plus réfléchir et une totale perte de confiance … il faut juste comprendre que un kine peut être bon ou mauvais mais ça dépend de sa volonté de se former par la suite et en aucun cas du DE.

  76. Et puis sans être chauvin les Français qui ont fait leurs études en IFMK défendez un peu votre diplôme, et soyez fier d’avoir réussi la p1. Car tous ceux qui viennent casser notre formation ont commencés
    un échec à celle ci …

  77. ah oui bien sûr je suis tout à fait d’accord mais sur la généralité plus on fait de patient et moins bonne est la qualité des soins! Enfin à partir d’un certain nombre bien sûr. Plus de 25 patients par jour je ne suis pas sûr que le traitement est optimal…

  78. Je bosse à 5 kms de l’Allemagne. Je n’ai absolument rien à sur la qualité de leur formation. Le problème c’est le numerus. À Kehl et à Baden, ils sortent 60 kinés tous les trimestres. Quand j’interroge mes petits jeunes (patients), bcp veulent faire kiné. J’ai interrogé la fameuse nana de la cpam qui vient nous faire son speech tous les ans sur ce point.
    La cpam a notifié certains coins chauds dans le bas Rhin… 3… En 2010…. Depuis, ils n’ont pas rouvert les dossiers dit elle un peu gênée.

  79. Au sujet de ce que je connais ,les kinésithérapeutes formés en Espagne n’ont absolument pas là même formation:théorique uniquement, peu axée sur la neurologie … ils viennent en France valider leur diplôme pour travailler sur le territoire. Il y a en a beaucoup dans le sud ouest français ou espagnols …

  80. Oui 40 c’est sure que ce sera de moins bonne qualité la fatigue réduit la réflexion. Mais je vois toujours des kines qui prennent peu de patient sous prétexte d’en prendre 1 par demi heure et le regarder pendant 30 min faire du vélo sans y poser les mains …

  81. Avec l’arret Du concours kine et le passage quasi exclusif par paces le ratio des kines sortant est le même. Pars ailleurs la population est elle vieillissante donc du boulot on en manque pas. Il ne faut pas avoir peur comme ça. Si les « bons » osteos arrivent à avoir 3 semaines pour obtenir un rdv les bons kines ne devraient pas avoir de mal

  82. Stephane Richard alors le probleme n’est pas le nombre de diplômés français mais l’entrée chaque année de diplômés étrangers ce qui fait que la démographie des kines augmente très fortement depuis 5 ans.

    De plus, les osteopathes dans leur immense majorité n’ont que très peu de patients et n’arrivent pas à se faire un salaire décent.

  83. La je suis d’accord avec vous, il y a un vrai problème a ne pas mettre de numerus clausus à l’acces À la profession par les diplômes etrangés.

  84. Stephane Richard c’est une évidence on ne peut pas vouloir diminuer les dépenses de santé et ne pas respecter le nombre de professionnels de santé prévus par décret sur le territoire.

    Nous n’obtiendrons jamais de revalorisation en partie à cause de notre démographie car il serait plus simple de diminuer notre nombre total d’actes en vérifiant leur pertinence mais vu que notre démographie augmente le nombre total d’actes augmente puisque l’offre augmente la demande!

    Bref entre l’accès partiel et les diplômés étrangers merci l’Europe !!

    On ferait mieux de copier la Suisse ou le Canada.
    Moins de kinésithérapeutes moins d’actes mais beaucoup mieux rémunérés !

  85. « Beaucoup plus mieux formé «.
    Retour en Espagne alors, qu’est-ce tu fous en Avignon? On y arrivera très bien sans toi.
    Tous les Kinésithérapeutes espagnols rencontrés sont très en deçà des capacités françaises.

  86. Moi j ai un diplôme universitaire l équivalent à bac +5. Je travail en France il y a 6 ans et je sens que ma formation était de qualité. .je suis installé libérale mais dans le secteur publique il y a que d étrangers que travail..sinon pas de kines à l hôpital. .

  87. Oui Vincent Souchier, j’avais déjà entendu ce problème dans le sud ouest. J’avoue qu’ici (en Allemagne) , la formation est complète, même en neuro. Ils passent dans tous les services. Le problème c’est l’envahissement. Il n’y a aucun contrôle.

  88. Bien sûr que oui, lorsque les étudiants obtiennent leur diplôme, leur dossier part immédiatement au Ministère de la Santé à Paris et ils obtiennent dans leur Ville, un NUMERO d’ORDRE afin de pouvoir exercer. Il est à noter que les études à l’étranger (Belgique) sont plus approfondies qu’en France, alors que ceux qui ne savent pas, qu’ils se taisent.

  89. Bonjour,

    A quelle établissement tu as fait ta formation ?
    Qu’est ce qu’il est le mieux établissement privée ou public ?
    Merci pour tes informations.
    Christine

  90. Bonjour,

    A quel endroit as-tu fait tes études de kiné ?

    Cdlt
    Christine

  91. Allez voir un Dr en Chiropratique bien plus efficace qu’un kine sauf dans certains cas ou c’est l’inverse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.