/>

Les masseurs kinésithérapeutes face au Covid long

Depuis le début de la crise sanitaire, les soignants alertent sur l’existence de formes plus ou moins longues de l’infection, avec la multiplication des patients souffrant d’un « Covid long ». Les masseurs kinésithérapeutes comme les professionnels doivent apprendre à prendre en charge ces patients.

Les soignants mobilisés pour lutter contre l’épidémie de coronavirus

Bien que depuis mars 2020, les masseurs kinésithérapeutes aient été pleinement mobilisés pour faire face à l’épidémie de coronavirus, la profession est à nouveau mise à contribution pour la prise en charge des patients sur le long terme. En effet, les formes de Covid long sont nombreuses et au-delà des soins exigés pendant la période d’infection, les patients et patientes souffrent de plus en plus souvent de conséquences plus ou moins durables et plus ou moins importantes. Alors que la connaissance du virus et de ses conséquences progresse de jour en jour, les autorités sanitaires organisent, peu à peu, cette prise en compte des formes plus durables de Covid-19. Cette volonté de progresser dans la connaissance des différentes formes d’infection au Covid-19 s’effectue en parallèle de la mobilisation des masseurs kinésithérapeutes dès les entrées de patients en service de réanimation.

A l’issue de la première vague de l’épidémie, au printemps 2020, les spécialistes constatèrent ainsi que pour près d’un patient sur 5, des symptômes persistaient après 5 semaines, et même après 3 mois pour 10 % des patients environ. Une étude plus récente, publiée par le magazine The Lancet, souligne que dans 80 % des cas, les patients atteints du Covid-19 présentent au moins un syndrome persistant 6 mois après. Le phénomène n’est pas marginal, et à ce titre, l’assemblée nationale a adopté un texte sur ce « Covid long » le 17 février dernier dans le but de « mieux connaître, comprendre et traiter cette maladie ».

Les masseurs kinésithérapeutes pour la prise en charge du « Covid long »

Les symptômes peuvent être multiples et variés, depuis une fatigue chronique jusqu’aux douleurs et troubles digestifs, en passant par la perte de l’odorat et du goût ou des troubles neurologiques. Concernant les kinésithérapeutes, deux axes ont été clairement identifiés en suivant les recommandations et les préconisations de la Haute autorité de Santé (HAS) :

  • La rééducation respiratoire, adaptée à l’issue du bilan diagnostic kinésithérapique implique que le professionnel soit formé à la rééducation du syndrome d’hyperventilation.
  • Le réentrainement à l’effort, qui ne pourra s’organiser qu’après la validation des évaluations nécessaires, et donc la HAS a dressé une liste non exhaustive (évaluation des douleurs, des capacités aérobie / anaérobie, …)

L’action des masseurs kinésithérapeutes s’effectue alors à l’hôpital pour ce qui concerne les patients infectés mais aussi dans des centres de réadaptation (certains se sont spécialisés dans l’accompagnement des patients Covid +). Les kinés libéraux, quant à eux, prennent en charge les patients, qui peuvent n’avoir jamais été hospitalisé et cependant ressentir cette fatigue chronique, mais aussi ceux, qui sont de retour à leur domicile avant que leur état ne se soit consolidé.

Dans tous les cas, comme le recommande la HAS, cette prise en charge des patients présentant une forme de Covid long doit être complète et globale, la rendant particulièrement complexe. Une complexité, qui s’accroit, au vu du manque de recul et de données spécifiques. D’autant plus que les symptômes respiratoires persistants sont également à l’origine d’une angoisse voire d’un stress chez les patients concernés, un stress, facteur aggravant pour le syndrome d’hyperventilation.

Bien que les formes longues d’une infection à ce virus de la Covid-19 restent minoritaire, elles interrogent tous les professionnels de santé, au premier rang desquels les masseurs-kinésithérapeutes, appelés à accompagner ces patients. Une nouvelle pathologie, qui nécessitera, dans les semaines et les mois à venir, des études plus documentées afin d’aider à une meilleure prise en charge des patients. En attendant, et avouant ses lacunes dans la connaissance de cette maladie, la Haute Autorité de la Santé invite les kinés libéraux et plus généralement tous les professionnels de santé à œuvrer « dans des organisations pluridisciplinaires et pluriprofessionnelles ».

Et vous, êtes-vous en charge d’un ou plusieurs patient(s) atteint d’une des formes de Covid long ? Estimez-vous que cette prise en charge soit appelée à prendre de l’importance dans les semaines et les mois à venir ?

4 commentaires sur « Les masseurs kinésithérapeutes face au Covid long »

  1. Les protocoles réhabilitation respi marche bien sur eux (muscu + réentrainement en endurance sur velo/tapis + Spirometrie incitative si besoin)
    Par contre les patients ont tendance à sortir de leur hospitalisation avec des doses de cheval de bêta bloquant qui ne sont pas réévaluées par la suite (faute de temps sûrement) , souvent rééquilibrer le traitement en en parlant au médecin traitant suffit à les faire aller mieux et à éviter les hypotension qui suivent l’effort ce qui rend la réhabilitation plus facile pour le kiné et plus agréable pour le patient.

  2. Ils alertent depuis plus de 10 de manques de moyens et de personnel..et quand ils font grève la bande a Macron les gazent et les tabassent..vive la France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.