/>

Entre dérive sectaire et laïcité, des questions de société pour les kinés !

Au quotidien, les masseurs kinésithérapeutes doivent prendre connaissance de multiples consignes qui leur sont adressées et qui ne sont pas exclusivement réservées aux soins qu’ils prodiguent à leur patientèle. Veiller au respect de la laïcité tant à l’hôpital que dans les cabinets de kinés libéraux ou encore être vigilants s’agissant d’éventuelles dérives sectaires font ainsi partie de leur mission du quotidien.

Les dérives sectaires, un danger dans le milieu de la santé ?

Tous les professionnels libéraux de santé, dont les masseurs kinésithérapeutes, sont fréquemment appelé à la plus grande vigilance par les pouvoirs publics pour identifier les dangers pesant sur certains de leurs patients et patientes. On pense en premier lieu aux victimes intra familiales et plus particulièrement aux violences dont peuvent être victimes les femmes mais aussi les enfants. Médecins généralistes, infirmières, kinés libéraux, …, doivent identifier et alerter, lorsque cela s’impose, et de nouvelles évolutions législatives sont encore en cours de discussion en la matière. En revanche, on pense moins aux dérives sectaires, qui peuvent, elles-aussi, constituer un véritable danger pour certaines et certains.

Et à l’heure de la crise sanitaire, ces dérives sectaires semblent connaître un regain d’intérêt notamment et de manière plus marquée dans le domaine de la santé. C’est le constat que dresse le rapport de la Mission Interministérielle de vigilance et de luttes contre les dérives sectaires (MIVILUDES). C’est avec la MIVILUDES, que l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes avait signé, en décembre 2015, un partenariat à l’occasion du colloque « Nécessité d’une discipline universitaire en kinésithérapie »

Quand l’épidémie de coronavirus fait peser une menace sur la recrudescence des dérives sectaires

Chaque année, la MIVILUDES analyse le détail de ce genre de dérives, afin d’identifier les causes les plus récurrentes. La mission a ainsi été sollicitée plus de 3.000 fois sur l’année 2020. Si les appels à l’aide ou les demandes d’information concernent des situations diverses, le rapport souligne néanmoins une évolution conséquente des cas directement rattachés au milieu de la santé. Le phénomène n’est pas nouveau, puisque la MIVILUDES souligne une tendance haussière sur cet aspect depuis 2018-2019 : « La santé est aujourd’hui le domaine de prédilection des acteurs d’agissements sectaires. »

Le rapport pointe qu’entre janvier et juin 2020, les signalements concernaient principalement des propositions en matière de santé, avec notamment :

  • Des conseils ou « hygiène de vie » pour se prémunir contre le coronavirus
  • Des « pseudos-remèdes » pour éradiquer le virus, avec très souvent un lien entre ces « remèdes miracles » et les thèses complotistes
  • Des services d’accompagnement pour aider à surmonter le stress lié au confinement et à ce climat anxiogène.

La MIVILUDES appelle donc tous les professionnels de santé à redoubler d’attention pour identifier des patients, pouvant être victimes de ce genre de dérives. Des pratiques, comme le jeûne extrême, le crudivorisme, la remise en cause systématique de l’action médicale et paramédicale, …. Sont des signaux d’alertes, que la mission interministérielle a recensé en nombre ces derniers mois.

Des règles déontologiques dépassant le simple cadre des soins à prodiguer

Si l’ordre national des masseurs kinésithérapeutes est donc déjà engagé auprès de la MIVILUDES depuis quelques années, c’est également l’occasion, pour lui, de rappeler des principes régissant la profession de masseur kinésithérapeute ne se cantonne pas aux seuls soins prodigués au quotidien. Aussi s’interroge-t-il depuis plusieurs années sur un sujet majeur dans la société française : la laïcité. 

Aujourd’hui, chacun d’entre nous dans son exercice quotidien est confronté à des situations où cette notion entre en jeu et est amené à s’interroger sur cette notion.

Pour aider les masseurs kinésithérapeutes hospitaliers mais aussi les kinés libéraux, un guide de bonnes pratiques a été publié afin de permettre à chacun de s’emparer de ces problématiques avec de multiples sujets de réflexion. La Laïcité dans l’exercice de la kinésithérapie se veut un document pragmatique et concret, répondant à toutes les interrogations des professionnels au quotidien.

Et vous, avez-vous déjà été confronté à des problématiques relevant des dérives sectaires ou posant question dans le cadre de la laïcité ? Estimez-vous que ces sujets soient assez bien traités pour s’adapter à presque toutes les situations au quotidien ?

16 commentaires sur « Entre dérive sectaire et laïcité, des questions de société pour les kinés ! »

  1. la kine est unes secte ! la derive sectaire 16,13 euros

  2. Pierric Ortscheit c est le tarif de quoi 16.13?

  3. Estelle Marie .D une séance de kiné

  4. pour n’importe quel acte ?

  5. BONJOUR C’EST PAR CHERE UNE SEANCE DE KINE ,A 16E13 TARIF DES MEDECIN CONVENTIONNER IL PRENNE LEUR TARIF COMME IL VEULENT ,ET NON REMBOURSER INTEGRALLEMENT

  6. Un acte de kiné n’est pas cher quand le kiné vous prend 1/2 h, calculez son tarif horaire et déduisez toutes ses charges
    Moins cher payé qu’une infirmière qui prend 10 mn, calculez donc son tarif horaire

  7. Estelle Marie en fonction des actes

  8. Nathalie Glevarec merci. Mon fils est en 3 e annee . Il lui reste une année et ensuite il va commencer à travailler. Je ne connais pas du tout ce secteur niveau métier.

  9. Estelle Marie je suis sortie du secteur il y a quelques années ou je suis passée osteo puis gérante d une société de peinture car tout s est durci helas mais ça reste un beau métier si c est une vocation il faut qu il s accroche

  10. Chantal Boulay POURQUOI VOUS CRIEZ ???

  11. Laurent Malatesta et je rajoute , Chantal pourquoi autant de fautes d’orthographe en si peu de mots …

  12. Nathalie Glevarec merci. Pour l instant ses stages l interessent vraiment. Il préfère en libéral qu en hôpital. Il verra bien….

  13. Laurent Malatesta parce que il y a même des kines qui n’entendent pas !

  14. Estelle Marie Presque puisque pour la majorité de nos Actes

  15. Avec une mutuelle tout est remboursé sauf une retenue de la sécu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.